[Ile de france] Le « sourire du banquier »…

Ce que cache le « sourire du banquier » …     

Chronique de la chasse aux pauvres en banlieue nord-est

bankerCette expression, « le sourire du banquier » est le doux nom d’une pub plastifiée que les habitant-e-s de Bagnolet et Montreuil ont pu recevoir dans leurs boites aux lettres le mois dernier.

Et ce n’est même  pas une blague…

Une pub avec des fleurs qui sourient et qui proposent des partenariats avec la banque pour  devenir propriétaire…

La logique est imparable : « devenez propriétaire de votre logement » et donc « plus de problème » ! Sauf que l’ultime majorité des gens qui vivent dans les quartiers populaires de la banlieue parisienne n’ont évidemment pas les moyens d’investir dans la propriété (plus de 70% sont locataires rien que pour Bagnolet par exemple).

L’opération consiste donc à « offrir » un crédit. C’est le grand jeu du « tous proprios » (c’est  à dire « particuliers ») : en clair tous et toutes endettéEs…  Ce qu’il faut comprendre, c’est que cette opération vise à doublement endormir les locataires non-propriétaires. D’une part en leur faisant miroiter la fausse solution de propriété à crédit, et d’autre part en faisant croire aux plus pauvres que « tout le monde » peut « devenir proprio ». Ce qui est bien évidemment faux…

Le prix de la vie ne fait qu’augmenter. Les petits commerces locaux sont remplacés par des enseignes plus chères (souvent de type « bobo »), et dans les supermarchés, les prix augmentent aussi. A Bagnolet comme dans pas mal d’autres villes en banlieue, les propriétaires –de concert avec la mairie- font monter les prix de l’immobilier en faisant jouer la spéculation. Mais ce qu’on appelle la spéculation n’est qu’un rouage dans un processus beaucoup plus vaste. Processus qui va consister notamment à laisser les logements ou d’autres bâtiments vides pendant des années (moins de logement disponibles = rareté = augmentation des prix). Ainsi, dans le même temps, la mairie utilise les bâtiments et terrains qu’elle possède en posant des projets d’infrastructures qui correspondent à la nouvelle population qui s’installe progressivement sur le quartier telle que médiathèque, jardins particuliers, théâtres, etc. Infrastructures dont ne bénéficient évidemment jamais ou presque les quartiers les plus pauvres et dont le contenu marchand ou culturel est clairement à destination des riches.

Ou alors la mairie rachète de nouvelles friches qu’elle laisse vide. La nouvelle population est donc composée quasi-exclusivement de bourgeois qui sont les seuls à pouvoir racheter les nouveaux logements construits ou ceux rénovés après avoir été laissés délibérément vides pendant des années, et parfois même plusieurs dizaines d’années. C’est ce que la mairie appelle « la rénovation » -ou- «restructuration urbaine ». C’est ce que d’autres –comme nous- appellent la gentrification (même si ce terme ne résume pas l’ensemble du processus d’urbanisation et ses implications).

Mais ce phénomène n’est évidemment pas le fait du hasard, et repose aussi sur cette escroquerie qui consiste à faire miroiter aux pauvres l’accès à la propriété qu’ils n’auront jamais, ou pas les moyens de rembourser, du moins sans s’endetter sur des années.

Aussi, la carotte du crédit et l’illusion de la « maison à soi » ne font que participer à cette forme pernicieuse de domestication de classe. D’une pierre deux coups : il permet de dégager les plus pauvres d’un quartier en vue d’une espèce ségrégation sociale et spatiale (en les reléguant à des ghettos) tout en enchainant à un mode de vie « au dessus de leurs moyens » ceux et celles qui sont restés et ont cédé au chantage de l’ascension sociale.

Mais le slogan du « tous propriétaires » est bel et bien un mensonge.

Car en effet, si chacun-e « possédait » réellement son logement, il n’y aurait plus de propriété foncière, c’est-à-dire de propriétaires dont le « métier » est de gérer ses locataires (ou plutôt de percevoir leurs loyers…). Et à partir de là : à quoi servirai la propriété privée ?

Comme les prix ne sont évidemment pas les mêmes partout, les nouvelles populations plus aisées qui s’installent dans le quartier « restructuré » ne pourraient pas être là si elles étaient aussi pauvres que les autres. Souvent, une fois le quartier gentrifié, ce qu’on appelait autre fois « l’aristocratie ouvrière » (ourièr-e-s « cadres », salarié-e-s un peu « parvenu-e-s », etc) constituent en général la population la moins aisée de ces quartiers « rénovés » une fois le processus achevé.

Car en plus des professions intellectuelles, culturelles et de commerces « huppés » (riches et branchés), beaucoup des nouveaux locataires ou propriétaires sont de jeunes rentiers, ou des « petits propriétaires » qui perçoivent des loyers de gens plus pauvres qu’eux, et qui vivent en marges du centre ville restructuré.  En définitive, sous le mensonge de la « mixité sociale » (qui n’est jamais que temporaire et toujours oppressive) le projet de « restructuration urbaine » (lorsqu’il réussit à atteindre ses fins) se traduit systématiquement par une chasse aux pauvres et leur éloignement vers la périphérie, et la constitution de nouveaux ghettos pour riches.

Car en effet, si la plupart des pauvres s’en vont généralement sous la contrainte de la cherté de la vie  vers des quartiers moins chers, beaucoup restent sur place en attendant les expulsions locatives (lorsque plus d’argent pour payer le loyer) ou même à la rue parce qu’ils ou elles n’ont nulle part où aller, sont hébergé-e-s de manière précaire par des ami-e-s, dans les centres dégueulasses du 115, ou à la rue.

Là aussi, à nouveau, la mairie entre en jeu. Dans certaines villes, on supprime les bancs en les remplaçant par d’épaisses barres de fer où il est impossible de s’allonger.

Ailleurs, on va utiliser des ultrasons ou un répulsif odorant pour chasser les sans-abris d’une cour, ou d’un lieu. A Montreuil, une milice (l’A.S.V.P) semi-spécialisée dans les expulsions a même été mise en place par la Mairie, et est devenue célèbre pour ses frasques, sa violence et ses expulsions improvisées.

En attendant, c’est sur, les proprios, promoteurs et banquiers gardent le sourire :

Ils comptent les billets.

Mais la maison est à celles et ceux qui l’habitent : détruisons la propriété privée !

Le Cri Du Dodo

This entry was posted in Gentrification - Restructuration Urbaine, Squats et Logement. Bookmark the permalink.

4 Responses to [Ile de france] Le « sourire du banquier »…

  1. Pour déchirer la constitution, ça a déjà été fait : http://www.liberation.fr/societe/0101257070-six-mois-avec-sursis-pour-avoir-dechire-la-constitution-le-prevenu-avait-investi-le-bureau-de-roland-dumas-au-conseil-constitutionnel .

    Alors après, qu’est-ce qu’on fait ? 😉

    Non, sérieusement, la plupart des révolutionnaires français sont peut être des réacs (je te le concède), mais nous on est contre toute « distinction sociale » même fondée sur « l’utilité » (la police ? Les ministères ? Le fonctionnariat ?). C’est (je crois) le cas de tou-te-s les anarchistes dignes de ce nom.

    Pour citer la déclaration de l’anarchist youth federation américaine dans le magazine Profane Existence N.5 paru en Août 1990 :

     » Tout gouvernement est indésirable et inutile. Il n’existe aucun service assuré par l’Etat que la communauté ne puisse assurer par elle-même. Nous n’avons besoin de personne pour nous dire ce que nous devons faire, essayant de diriger nos vies, nous harcelant de taxes, de lois et de règles, tout en vivant grassement en s’accaparent le fruit de notre labeur. »

    En d’autres termes, l’administration des choses et « l’utilité publique » confiée à des individus auxquel-le-s on offre une distinction sociale : ça s’appelle l’Etat.
    Du moins c’en est un aspect.

  2. Gibello says:

    Commençons par détruire la déclaration des Droits de l’Homme de 1789, ou du moins son article deux, pendant que vous y êtes :
    « Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté et la résistance à l’oppression.  »
    Déchirer ce papier, c’est un préalable à la destruction de la propriété, non ? Du moins, si j’ai bien lu… Ah, les révolutionnaires français, quels réacs !
    Ce que je veux dire, c’est que c’est plutôt sur l’article 1 qu’il conviendrait de se focaliser : « Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l’utilité commune.  » Et là, j’en conviens, c’est loin d’être le cas…

  3. On les oublie pas mais bon… les listes sont toujours non-exhaustives. Sinon on aurait pu écrire aussi les flics, les associations humanitaires, les ONGs, etc. Mais on en reparlera, t’inquiètes ;-).

  4. Bert says:

    « les proprios, promoteurs et banquiers gardent le sourire »

    pas oublier les notaires, marchands de biens, agences immobilières…et les huissiers! Jamais très loin, prêts à « instrumenter »!

    Mais les plus vampiriquement parasitaires de tous, vus les taux pratiqués compte-tenu de l’effort fourni, sont les notaires, doigts dans le nez…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *